Frédéric Cochet - Ingénieur Paysagiste et Pépiniériste
 
  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Châtaigniers

Greffé sur hybride sativa et crenata de semis pour les sols de jardin pas trop secs et filtrants, non calcaires.

Greffé sur chataigier sativa de semis pour tous les sols sauf calcaires et asphyxiants.



Châtaignier Aguyanne

Châtaigne de bonne qualité et productive. Cultivé entre 200 et 400 m d’altitude dans la partie méridionale du département de l’Ardèche et des Cévennes. Variété demi précoce (début octobre), régulière et dont le fruit arrive toujours à maturité même les années de sécheresse. Fruit très allongé et terminant en pointe d’où son nom, non cloisonnée mais difficile à éplucher. Excellente bouillie à cause de sa chair très sucrée, elle convient bien aussi pour la rôtie.
L’arbre supporte les terrains les plus secs et les expositions ensoleillées en basse altitude où sont développement est de fait peu vigoureux. Sont beau feuillage est allongé, vert clair virant au jaune.

 

Châtaignier Belle Epine (plus disponible cette année)

Une très bonne variété, productive, convenant à la transformation (bonne tenue) ou à la consommation de bouche. Le fruit de bonne saveur, très gros et légèrement cloisonné, il tombe en masse à partir de mi octobre. Peu sensible aux froids printaniers, cet arbre de forte vigueur et de mise à fruit rapide est cultivé jusqu'à 600 m dans l’Isère. La conservation naturelle des fruits n’est pas très longue.

 

Châtaignier Bouche de Bétizac

Fruit très précoce, de très gros calibre, recherché pour la vente en début de saison.

Peu parfumé, assez résistant au cynips.

 

Châtaignier Bouche de clos

Une très bonne châtaigne de l'AOC châtaigne d'Ardèche, proche de la combale quoi qu’un peu plus petit, et de calibre un peu plus irrégulier.

Châtaigne d’altitude 500 à 800 m, tardive (mi octobre). Il se conserve bien et longtemps, traditionnellement en tas avec les bogues jusqu’en février mars. Fruit de bouche et de congélation.

 

Châtaignier Bouche-Rouge

Gros fruit de bonne saveur et de bel aspect et à chair fine, utilisé en frais (particulièrement en rôtie) ou en confiture, de bonne conservation (récolte étalée). Le péricarpe épais la protège bien des parasites, mais la maturité tardive de cet arbre vigoureux ne permet pas de le cultiver trop au nord et à l’ouest (humidité) ou à plus de 600 m.

 

Châtaignier Comballe

Gros fruit de très bonne saveur, à chaire fine très sucré, légèrement cloisonné recommandé pour griller, mais bonne également pour la transformation. Fruit à maturité autour de la mi octobre de conservation assez courte. Arbre de vigueur moyenne, à port semi retombant. Productive et rustique elle est cultivée sans problème jusqu’à 650 m d’altitude, évitez lui les secteurs chauds. Sa peau fine la rend sensible aux vers.

 

Châtaignier Merle

Variété autrefois cultivée dans le nord du département de l’Ardèche, (versant de l’Eyrieux et du Doux). Adapté aux situations fraîches qu’elle affectionne. Le fruit très peu cloisonné est de bonne qualité proche de celle de la combale. Sa maturité est demi précoce. Arbre de vigueur moyenne, de bonne rusticité et d’une remarquable résistance aux parasites.

 

Châtaignier Pourrette

Toute petite châtaigne de saison, c'est la meilleure de bouche et de transformation.

Le fruit est très parfumé, en rotie les deux peaux s'enlèvent très bien. C'est l'arbre que les anciens gardaient pour eux pour leur consommation et vendaient les autres variétés de plus gros calibre pour le commerce. Très bon fruit également pour les confitures et la farine.

   

Châtaignier Sardonne

Marron de Lyon, marron de Vesseaux

C’est la Rolls de la châtaigne, traditionnellement utilisé pour le marron glacé, gros fruit non cloisonné à chair fondante douce, sucrés et parfumés. L’arbre de vigueur moyenne à faible et au port étalé et retombant n’affectionne que les bonnes terres, et sa production est capricieuse. Maturité mi précoce comme Aguyane